DES VŒUX DE LUMIERE !

DES VŒUX DE LUMIERE !

Alors que nous abordons cette nouvelle année, non sans quelque appréhension, l’exhortation que nous a lancée le Pape François, le jour de la Fête de l’Epiphanie, nous semble la plus apte à récapituler tous les vœux que nous formulons pour vous et vos familles. Nous vous souhaitons une année de Paix et de Lumière!

Vous trouverez ci-dessous de très larges extraits de l’allocution du Pape, prononcée au moment de l’Angelus.

 « Chers frères et sœurs,

(…) Le salut accompli par le Christ ne connaît pas de frontières, il est pour tous. L’Epiphanie (…), c’est toujours le même événement que la Nativité, vu cependant dans sa dimension de lumière: une lumière qui illumine chaque homme, une lumière à accueillir dans la foi et une lumière à apporter aux autres dans la charité, dans le témoignage, dans l’annonce de l’Evangile.

La vision d’Isaïe, rapportée dans la liturgie d’aujourd’hui (cf. 60,1-6), retentit de manière plus actuelle que jamais à notre époque: «Tandis que les ténèbres s’étendent sur la terre et l’obscurité sur les peuples» (v. 2). Dans cet horizon, le prophète annonce la lumière donnée par Dieu à Jérusalem et destinée à éclairer le chemin de toutes les nations. (…) C’est une vision qui ouvre le cœur, qui élargit le souffle, qui invite à l’espérance. Assurément, les ténèbres sont présentes et menaçantes dans la vie de chacun et dans l’histoire de l’humanité, mais la lumière de Dieu est plus puissante. Il s’agit de l’accueillir pour qu’elle puisse resplendir pour tous. Mais nous pouvons nous demander : où est cette lumière? (…)

 L’évangéliste Matthieu, à son tour, en racontant l’épisode des Rois Mages (cf. 2,1-12), montre que cette lumière est l’Enfant de Bethléem, c’est Jésus, même si sa royauté n’est pas acceptée par tous (…) Il n’est pas né seulement pour certains, mais pour tous les hommes, pour tous les peuples (…).

Et comment la lumière du Christ se diffuse-t-elle dans chaque lieu et à chaque époque? (…) Pas à travers les puissants moyens des empires de ce monde, (…) (Mais) avec la même “méthode” choisie par Dieu pour venir parmi nous: l’incarnation, c’est-à-dire se faire proche de l’autre, le rencontrer, assumer sa réalité et apporter le témoignage de notre foi, chacun de nous. Ce n’est qu’ainsi que la lumière du Christ, qui est Amour (…) s’étend (…).

L’étoile est le Christ, mais nous pouvons et nous devons être nous aussi cette étoile, pour nos frères et nos sœurs, comme témoins des trésors de bonté et de miséricorde infinie que le Rédempteur offre gratuitement à tous. La lumière du Christ ne s’étend pas par prosélytisme, elle s’étend par le témoignage, par la confession de la foi. Egalement par le martyre.

La condition est donc d’accueillir cette lumière en soi, de l’accueillir toujours davantage. Malheur si nous pensons la posséder, malheur si nous pensons seulement devoir la “gérer”! Nous aussi, comme les Rois Mages, nous sommes appelés à nous laisser toujours fasciner, attirer, guider, illuminer et convertir par le Christ: c’est le chemin de la foi, à travers la prière et la contemplation des œuvres de Dieu, qui sans cesse nous remplissent d’une joie et d’un émerveillement toujours nouveau. L’émerveillement est toujours le premier pas pour avancer dans cette lumière.

Invoquons la protection de Marie sur l’Eglise universelle, afin que dans le monde entier se diffuse l’Evangile du Christ, lumière de toutes les nations, lumière de tous les peuples ».

http://www.vatican.va/content/francesco/fr/angelus/2021/documents/papa-francesco_angelus_20210106.html

Epiphanie, du peintre BERNA