MESSAGE DE LA SUPÉRIEURE GÉNÉRALE POUR LA FÊTE DE PHILIPPINE ET LE 21 NOVEMBRE

MESSAGE DE LA SUPÉRIEURE GÉNÉRALE POUR LA FÊTE DE PHILIPPINE ET LE 21 NOVEMBRE

Avec son autorisation, nous publions la lettre que Sr Barbara Dawson vient d’adresser à ses sœurs pour la fête de Sainte Philippine Duchesne et l’anniversaire des premiers vœux de Sophie Barat, le 21 novembre 1800, à Paris, dans laquelle elle évoque la situation difficile de religieuses dans certains pays. Nous les recommandons à vos prières.

Chères Sœurs,

Alors que nous nous préparons à célébrer la fête de notre sœur, Philippine, et le jour où Sophie et ses compagnes ont prononcé leurs premiers vœux de religieuses, prions pour notre monde blessé et brisé – en particulier pour la tension croissante en Amérique latine, au Chili et en Bolivie, ainsi que pour les conflits qui se poursuivent en Haïti. Nos sœurs du Chili et d’Haïti nous ont donné des nouvelles et nous savons qu’à l’heure actuelle elles sont toutes en sécurité. Au Chili comme en Haïti, la plupart des communautés restent dans leurs maisons. Nous avons également eu des nouvelles du noviciat interprovincial au Chili, où nous avons des novices d’Espagne et du Mexique, ainsi que des sœurs de Porto Rico, d’Espagne et du Chili. Edith Opazo, la Provinciale du Chili a écrit : « les choses sont très complexes et il semblerait qu’il n’y ait aucune issue. Nous ne savons pas comment tout cela va finir. La répression est horrible et la violence ne semble pas vouloir cesser. Merci de prier pour nous ». Nos sœurs d’Haïti nous ont également dit que la tension persistait dans le pays. Notre sœur Matilde (ESP) est à Port-au-Prince. Elle reste chez les Jésuites car elle ne peut pas retourner à Balan. Nos quatre autres sœurs, Valle d’Espagne, Bibiane du Congo, Josefa de Porto Rico et Marta du Chili, sont à la maison de Balan. Ni l’école ni la clinique ne fonctionnent et les routes sont très dangereuses. Pour la sécurité de tous, l’Équipe centrale et la communauté d’Haïti ont décidé ensemble de reporter notre visite en Haïti. Nous nous réunirons avec elles par vidéoconférence depuis Porto Rico. Prions Sophie et Philippine, femmes qui ont répondu à l’appel de Dieu au beau milieu de la révolution, pour que nous puissions être nous aussi des femmes de courage et de confiance, où que nous soyons, en entrant pleinement dans la réalité de chaque journée et chaque personne que nous rencontrons sur le chemin. Prenons place dans le cœur de Jésus, en ce moment difficile que traversent le Chili, Haïti et tous ces endroits où les gens vivent dans la souffrance et le besoin. Que ce message vous apporte affection et prière,

Barbara, rscj